Gestion de mon stress : comment réagir ?

FRÉDÉRIC COMBES
Conseiller HSE
chez EazySAFE
Passer du temps avec ses enfants peut être un vrai antidépresseur et peut vous remotiver. La famille, comme les amis, ou même des collègues de travail, lorsqu’un groupe humain fonctionne harmonieusement, ont des avantages indéniables, mais la gestion du stress va bien au-delà, ne croyez-vous pas ? Si vous prenez le temps de vous observer (avec bienveillance), de percevoir les processus internes qui vous animent (ex : les émotions, les regrets, les désirs, les projets, les rêves), ce que vous aimez ou encore plus évident, ce que vous n’aimez pas du tout, vous pouvez alors affronter une question redoutable : que fais-je pour moi quand je suis seul et « qui ne sert à rien aux autres » ?

Cette question oblige à se recentrer sur soi :

 

Elle va plus loin car elle oblige à se connaître, un tant soit peu. Se connaître, ne vous y trompez pas, ce n’est pas aussi évident que vous le croyez. Car cela revient à prendre un « miroir » et regarder ce qui se passe à l’intérieur de soi. Sans psy. Juste vous et vous. Et forcément, vous allez croiser des « choses » pas vraiment agréables… Mais ce n’est pas l’objet de la démarche. Mettez de côté pour l’instant ce qui vous encombre, toutes ces « choses » pas agréables et revenez à la question : que fais-je pour moi quand je suis seul et « qui ne sert à rien aux autres » ?

Comme il faut bien démarrer quelque part, commencez par simplifier un être humain en disant qu’il est constitué de trois étages (ou structures) aux effets concrets bien observables, à savoir :

  • Un corps,
  • Une conscience (ou esprit ou mental),
  • Un inconscient (ou psyché ou conscience « voilée » ou ensemble de valeurs ou même âme).

Vous vous demandez peut-être pourquoi simplifier ainsi un être humain ? Et en quoi est-ce si concret que cela ? Tout simplement car les outils de gestion du stress présentent des solutions bien différentes pour chacun de ces trois étages.

Apprendre à gérer votre temps, qu’est-ce qui est urgent ?     Qu’est-ce qui est important ?

Si vous prenez tout d’abord l’étage du corps humain, que fais-je pour moi quand je suis seul ?

Vous pouvez par exemple :

 

  • Prendre du plaisir simple en mangeant lentement et en buvant avec modération ; le défi est d’apprécier un acte « banal », comme un simple bout de gâteau tout chaud qui sort du four.

Sur le plan neurologique, vous pouvez peut-être vous offrir le luxe inouï du silence, ou du très peu de bruit ; pourquoi est-ce un luxe sur le plan neurologique ? En fait, la réduction du bruit entraîne une digestion plus facile (prouvée scientifiquement), pour les 100 000 milliards de bactéries dans votre ventre (environ 2 kg) et les 200 millions de neurones également présents dans votre ventre (équivalent au cerveau d’un chien) ; qui dit meilleure digestion, dit également détente de tous les organes du ventre, ce qui enlève une tension corporelle présente inconsciemment chez 90 % des personnes après un repas, voire au-delà ; cette digestion plus facile entraîne une énergie plus rapidement disponible pour l’organisme et permet ensuite d’effectuer un travail plus détendu, mais aussi plus long.

 

  • Vous reposer et dormir tout en respectant votre rituel pour vous endormir ; et si vous trouvez que dormir est une perte de temps, décidez-vous à écrire vos rêves : vous aurez vite matière à écrire un roman… Non, le sommeil n’est pas une perte de temps, car votre cerveau « travaille » pour vous : c’est comme un « arrêt au stand » pour maintenance interne !

 

  • À l’inverse, bouger de la manière qui vous convient le mieux :

– S’étirer comme un chat au réveil, faire du stretching, de l’automassage

– Marcher au moins deux heures par semaine

– Pratiquer votre sport favori (ex : boxe, cheval, squash, futsal, tennis…)

– Danser, chanter, pratiquer un art martial

– Effectuer des exercices de respiration (ex : yoga, Jacobson, Vittoz, Wim Hof, cohérence cardiaque, en carré…)

– Et votre proposition ? Flotter dans de l’eau salée ?

Si vous prenez maintenant l’étage de votre conscience, que fais-je pour moi quand je suis seul ?

Vous pouvez par exemple :

 

  • Pratiquer l’humour, voire même l’autodérision (« ah et bien mon gars, qu’est-ce que tu es beau aujourd’hui ! ») et en (sou)rire
  • Regarder un bon film ou un clip (ex : pub, YouTube, photos de vacances sur votre tablette)
  • Se concentrer sur autre chose, prendre du temps seul(e) pour soi (ex : lire (ex : passer à la bibliothèque chaque samedi pour prendre son temps et renouveler son stock de livres pour s’endormir), écouter de la musique, jardiner, bricoler à la maison, réaménager ses meubles dans son intérieur, s’occuper les mains pour tricoter, réparer ou astiquer sa voiture, sa moto, son vélo…)
  • S’amuser avec des anagrammes (ex : cadeau et audace, génial et inégal, argent et gérant, chien et niche, imaginer et migraine, parisien et aspirine, police et picole, soigneur et guérison, Renault et naturel…), avec d’autres jeux de société…
  • Vous connecter à vos souvenirs remarquables : événements merveilleux que vous avez vécus enfant, ado ou même à l’âge adulte ; quelles émotions y sont associées ? Un état euphorique, d’invincibilité, se sentir aimé et apprécié, apaisé, du bonheur, de la joie, ça fait sourire, du positif, de la liberté, du bien-être, des instants magiques, de l’insouciance…
  • Apprendre à gérer votre temps (qu’est-ce qui est urgent ? qu’est-ce qui est important ? qu’est-ce qui ne l’est pas ?)
  • Ou alors vous connecter à vos projets ?
  • Et votre proposition ? Tenir un journal intime ?
Management Commitment to EHS

 

Enfin, si vous prenez l’étage de votre inconscient, que fais-je pour moi quand je suis seul ?

 

Vous pouvez par exemple :

 

  • Faire la liste de vos soucis et les « déposer» … Avez-vous créé un rituel (physique ou imaginaire) pour « déposer » vos soucis ?
  • Vous rappelez, reconnecter vos valeurs, reconnaître vos valeurs par respect de vous-même et de votre corps, et les activer (ex : aide à autrui, empathie, justice, liberté, valeurs politiques, valeurs religieuses, valeurs scientifiques, valeurs artistiques, valeurs familiales…)
  • Et votre proposition ? Méditer devant un jardin japonais ?

En conclusion :

Soyez présent à vous-même : qu’est-ce que cela veut dire ?

Être honnête avec soi et savoir si l’on est content de sa vie… Oui la réflexion va loin, mais qui voit grand, voit loin aussi. La gestion du stress va forcément au-delà d’une technique ou d’une pratique. Elle doit permettre de faire sens pour retrouver l’essence de votre vie. Si maintenant, vous cherchez des outils qui vous font du bien non plus seul, mais avec d’autres, vous en trouverez également de nombreux, et c’est à vous de les explorer maintenant…

Articles similaires :

Les 6 grandes causes de stress au travail

Nous avons tous plus ou moins souffert de stress dans le cadre de notre travail. Certains plus que d’autres, hélas. Et pourtant, ce stress n’est pas une fatalité à laquelle nous devons nous habituer, c’est un problème dont nous devons avoir conscience.

Stress au travail : un défi collectif

Le 28 Avril dernier a eu lieu la 13ème journée mondiale de la Santé et Sécurité au travail sur le thème du stress au travail qui touche un nombre de salariés de plus en plus croissant.

La gestion du stress

Certains travailleurs et certaines organisations seraient plus enclins que d’autres au pessimisme.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre groupe de diffusion pour recevoir les actualités et astuces en HSE !

Vous vous êtes enregistré avec succès